Berluti

Berluti @ Rue de Sèvres

Les vitrines Berluti,  14 Rue de Sèvres, 75007 Paris.

Fondation et installation de la maison Berluti

« Alessandro Berluti est né en 1865 à Senigallia. Il y apprend le métier d’ébéniste. Il acquiert également un savoir-faire pour le travail du cuir.

En 1895, Il s’installe à Paris en tant que bottier. L’Exposition Universelle de 1900 à Paris est l’occasion pour Alessandro Berluti d’élargir sa clientèle et son audience. Il crée des modèles pour plusieurs personnalités en vue de l’époque : Isadora Duncan, Helena Rubinstein ou encore Elizabeth Arden.

Son fils Torello lui succède en 1928. Il ouvre la première boutique-atelier rue du Mont-Thabor sous l’enseigne « Berluti, bottiers de luxe ». Devenue trop petite, la boutique est transférée pendant la Seconde Guerre mondiale au 26 rue Marbeuf, suite à l’expropriation du bottier.

En 1959, Talbinio Berluti lance le prêt-à-chausser de luxe. Il élargit ainsi la clientèle de la maison Berluti. Il est rejoint par Olga Squeri, dite Berluti, qui apprendra le métier de bottier à ses côtés. Au début des années 1960, Berluti bénéficie d’une renommée internationale et compte parmi ses clients Warhol, François Truffaut ou encore Yves Saint Laurent.

En 1970, Olga succède à Talbinio à la direction de Berluti. Elle accompagne la modernisation de la maison et sa croissance. En 1993, Berluti est racheté par le groupe LVMH. Le développement international de Berluti progresse : l’enseigne compte plus d’une trentaine de boutiques dans les principales capitales mondiales.

Le 1er juillet 2011, l’italien Alessandro Sartori (anciennement chez Ermenegildo Zegna durant 14 ans) prend la direction artistique de la maison. Une diversification vers la confection de vêtements est annoncée pour 2012 et est lancée au mois de janvier. Alessandro Sartori présente une première collection de 400 pièces. Le rachat par LVMH du tailleur parisien Arnys au milieu de l’année 2012 permet l’apparition d’une ligne de costumes sur mesure intitulée « Berluti by Arnys », rachat suivi quelques mois plus tard de celui d’Anthony Delos.

La réputation de la maison tient à la qualité de ses cuirs (cuir Venezia surtout) et de son chaussant. Sur mesure ou prêt-à-chausser, les souliers Berluti sont présentés « bruts » et revêtus par la suite d’une patine unique et individualisée semblable à la laque japonaise. Cette patine est constituée d’huiles essentielles, de cirage et d’eau. Chaque chaussure Berluti nécessite 250 opérations 15 réalisées dans leur atelier. À partir des années 1960, Olga Berluti envisage le cuir comme une prolongation de la peau. Elle orne ses créations de scarifications, de piercing et de différentes formes de tatouages.

On retrouve également la marque Berluti au cinéma. Olga est nommée plusieurs fois aux Césars. Elle reçoit le prix du meilleur costume pour le film Harem de Arthur Joffé en 1986. En 1995, elle remporte un David di Donatello Award pour le Film Farinelli.

Une paire de bottines Berluti se trouve dans les années 1990 au cœur de l’Affaire Dumas, scandale impliquant l’ancien ministre Roland Dumas.

La maison est également connue pour son initiative le club Swann. Il réunit une fois par an des clients fidèles de la maison pour une séance de « patinage » collectif. Ce club tire son nom du personnage de Marcel Proust. Ses membres se sont réunis pour la première fois en 1992 à l’Hôtel de Crillon. »

Laisser un commentaire